index.html

Pour faire défiler les images, cliquez à gauche ou droite, pour fermer l’image cliquez au centre de celle-ci

Base mythique de l'Armée de l'Air, la base aérienne 705 de Tours est le lieu de stationnement de l'EAC 314 (École d'Aviation de Chasse) et de ses Alphajet. Sur la plate-forme tourangelle, les élèves touchent un peu plus du doigt le rêve de devenir pilote de chasse, en découvrant le pilotage d'un avion à réaction. Ces dernières années l'EAC a énormément évolué dans ses méthodes de formation.


Une école qui évolue

Suite à  la création en 2004 de l'AJETS (Advanced Jet Training School), l'école de formation franco-belge qui permit de confronter les méthodes d'enseignements dispensées des deux côtés de la frontière. Mais aussi grâce à la volonté de quelques personnes (dont le chef actuel de l'EAC), les méthodes et mentalités de formation ont évolué au sein des écoles. Traditionnellement, durant de longues années, le modèle de formation à la française mettait un fort accent sur l'apprentissage dans environnement très stressant. Mais il s'est avéré qu'un apprentissage avec plus de pédagogie et un véritable accompagnement du jeune tout au long de son cursus de formation ne nuisaient pas, bien au contraire, à la qualité des jeunes pilotes arrivant en escadrons de chasse.

Au sein de l'EAC, les moniteurs se font attribuer trois niveaux de qualification, Alpha, Bravo et Charlie (Alpha Un étant la qualification la plus élevée). Des règles ancestrales faisaient qu'un nouveau moniteur arrivant à Tours, et au statut de chef de patrouille, se voyait automatiquement attribuer le statut de moniteur Alpha. Or il apparaissait régulièrement qu'un chef de patrouille aux qualités de leader reconnues et avérées au sein d'une unité opérationnelle, n'avait pas de facto les qualités pédagogiques équivalentes en tant que formateur. A force de persévérance cette situation a évolué et dorénavant la qualification opérationnelle est déconnectée du statut de moniteur.

Une autre évolution majeure est la place prise par le STANEVAL (Standardisation et Évaluation) au sein de la structure. Dans cette unité, ses moniteurs sont en charge, en autre, de la formation des nouveaux moniteurs, et sont garants de la qualité des formations. Parfois par le passé, ces «  chibanes  » n'avaient que peu de poids dans les réflexions menées au sein de l'EAC. Ceci a bien changé depuis, et le regroupement aidant de toutes ses unités (Limousin, Auvergne et Jura) au sein des locaux de l'Auvergne, a permis un partage plus simple et une plus grande interaction entre le STANEVAL (et ses six moniteurs) et les deux autres escadrons de formation.

Le vol en formation

Cet aspect du vol est un module important de la formation du jeune pilote. Très rapidement à Cognac lors de la pré-spécialisation chasse, l'élève va découvrir les particularités du vol en patrouille et notamment celle de voler très très près d'un autre avion. L'utilité opérationnelle de cet aspect du vol est multiple. Tout d'abord cela tient à la sécurité, en effet cela permet de ramener en sécurité un avion en difficulté sur un terrain. Cela permet aussi de fluidifier le trafic sur une plate-forme aéronautique aussi bien à l'atterrissage qu'au décollage, et par voie de conséquence de lancer et récupérer plus d'avions dans un laps de temps court. Ceci peut s’avérer fort utile lors de grosses COMAO, où il faut que plusieurs dizaines d’appareils décollent le plus rapidement possible.

Lors de la formation à Tours du vol en PS, des manœuvres à deux sont effectuées jusqu'au vol trois quart dos, avec des cabrés de plus ou moins 30°, des variations de vitesse importante et sous facteur de charge (3 G). Si au premier abord l’évidence opérationnelle de ces manœuvres ne saute pas aux yeux, ceci permet d'acquérir des réflexes pour maintenir par exemple une patrouille serrée dans les nuages en faisant face à des illusions sensorielles. Les manœuvres du leader lors des différentes évolutions doivent être déclenchées progressivement et en souplesse afin que l'ailier puisse les suivre facilement. Si le jeune se laisse distancer au début d’une manœuvre, il va devoir accélérer pour rassembler, puis ralentir à l’approche du leader, et ainsi évoluer dans une zone d’inconfort préjudiciable pour tout le monde. Pratiquer le vol en formation nécessite de connaître parfaitement l'agencement de sa cabine, pour pouvoir maintenir en permanence les yeux rivés sur le leader et sur les trois points de repère de son avion (position idéale à maintenir).

Dans le but de fluidifier le trafic radio (Min-Coms, minimiser les communications radio), et aussi de se prémunir de toute panne radio, un certain nombre de gestes codifiés (une quinzaine définis par l’OACI) permettent de communiquer d'un avion à l'autre sans utiliser la radio.

Il est à noter que sur la BA705, le vol en formation de nuit ne se pratique pas pour les élèves, en revanche il est réalisé par les instructeurs.

L’avenir

Le Général d’Armée Aérienne Denis Mercier, Chef d’Etat-major de l’Armée de l’Air, a lancé le projet «  Cognac 2016  » qui propose une refonte globale des méthodes, matériels et lieux d’implantation des écoles de formation des pilotes de chasse. La base aérienne principale de ce projet doit être celle de Cognac. «  Cognac 2016  » ayant été postponée de plusieurs années, notamment du fait des retards de sélections et d’acquisition du futur avion d’entraînement, il semble que l’EAC 314 sur la BA705 de Tours ait encore de belles années devant elle. Après quelques années creuses, la formation des pilotes est reparti à la hausse, et les 29 Alphajet actuellement stationnés en Indre et Loire sont bien sollicités.


Au loin un Alphajet s’élance de la 02, s’élève un peu, le train reste sorti, l’avion se met en palier. Le moniteur en place arrière vient de simuler une panne de réacteur au décollage, l’élève applique une des 14 CAPs (Critical Action Procedures) qu’il connaît par cœur, et effectue toutes les opérations nécessaires pour venir se poser rapidement…une nouvelle journée ordinaire au sein de l’École d’Aviation de Chasse.


Merci au Chef de l’EAC pour son accueil exceptionnel, merci à Quentin pour sa patience durant cette journée, et enfin merci à tous les personnels croisés en cette occasion.