index.html

Pour faire défiler les images, cliquez à gauche ou droite, pour fermer l’image cliquez au centre de celle-ci

Real Thaw 2016

Depuis 2009 le Portugal conduit, à la fin de l’hiver, le grand exercice annuel Real Thaw,  Celui-ci a pour but de former, entraîner et qualifier la Force Aérienne Portugaise et quelques uns de ses alliés à évoluer dans un environnement dense très réaliste tout en effectuant un large spectre de missions.

Initialement stationné sur la BA5 de Monte Real, depuis l’édition 2015 l’exercice et le quartier général de Real Thaw se trouvent sur la BA11 de Beja (à un peu moins de deux cents kilomètres au Sud-Est de Lisbonne). 

A l’origine sous la responsabilité de l’ Esq301, c’est dorénavant l’état-major de la Força Aerea Portuguesa qui planifie et s’assure du bon déroulement de Real Thaw, le but étant de pouvoir en faire profiter l’ensemble des unités aériennes portugaises. Ainsi aux unités de premières lignes sur F-16 il faut ajouter comme participants, les escadrons de transport sur C-130 et C-295, mais aussi celles de voilures tournantes sur Alouette III ou sur EH-101 Merlin. Mais on y voit aussi des P-3C de l’Esq601, ou bien évidemment les Alphajet de l’Esq103 dont Beja est la base de stationnement. Des forces terrestres et maritimes lusitaniennes complètent le tableau de cet exercice.


Une large palette de missions

Le scénario, assez classique dans ce genre d’exercice OTAN, met au prise trois pays. Une démocratie occidentale (bleu) et un pays totalitaire (rouge), et entre ces deux pays, un troisième pays (vert) qui fait face une instabilité politique entretenue par le rouge.  Enfin le gouvernement vert fait appel au pays bleu pour résoudre la crise, alors qu’une partie de sa population supportée et armée par le rouge, est hostile au bleu… Si remplacer les couleurs par des noms de pays n’est pas bien compliqué,  ce scénario offre surtout la possibilité de réaliser un grand nombre de missions différentes.  Aux classiques missions dévolues aux chasseurs comme la supériorité aérienne, l’appui rapproché ou la suppression des défenses ennemies, Real Thaw, grâce à la diversité de ses aéronefs, permet d’effectuer des missions moins courantes comme du transport aérien tactique, de la protection d’appareils lents, des opérations de forces spéciales ou bien encore du MEDEVAC ou du CSAR (Combat Search and Rescue). Ceci explique le rythme quotidien élevé, avec pas moins de trois missions lancées chaque jour, celles du matin et du soir sont les moins complexes (en particulier la nuit pour des raisons de sécurité), en revanche celle de l’après-midi est une grosse COMAO.

Mais un autre aspect qui contribue au succès de Real Thaw est son système de restitution de missions. Basée sur l’avionique du F-16A/BM qui enregistre continuellement la position de chaque machine, qui peut être couplée avec la situation tactique transmise par la L16, ceci offre une reconstitution très fidèle de la mission et par voie de conséquence augmente grandement la qualité des débriefings, et permet d’en tirer de nombreuses leçons.

Les forces étrangères, une signature de Real Thaw

Depuis la première édition en 2009, la participation étrangère à Real Thaw a toujours été une constante. Outre l’apport tactique indéniable, la force aérienne portugaise reconnaît sans fard que dans un contexte financier très tendu pour le Portugal, la contribution financière des participants étrangers contribue significativement à l’économie de la région ou l’exercice se déroule.

Lors de la première édition par exemple ce ne sont pas moins de douze Fighting Falcon danois qui prirent leur quartier d’hiver à Monte Real. Ces déploiements dans le Sud de l’Europe durant l’hiver sont une habitude que poursuit le Danemark, comme on l’a vu dernièrement avec un gros déploiement de F-16 sur la BA115 d’Orange en janvier et février dernier.

En 2010 ce sont des F-16 belges et des F/A-18 espagnols qui prirent la direction du Portugal. Systématiquement chaque année et pour obtenir une plus grande valeur ajoutée, l’OTAN envoie un E-3B AWACS participer à cet exercice. Enfin même si depuis les débuts, ils étaient présents avec des TACP, ce n’est que depuis 2013, et le déploiement de A-10, que l’USAFE est devenu un participant assidu à Real Thaw.

L’USAFE en force à Beja

Pour cette édition 2016, en première semaine, l’USAFE avait participé à des missions de transport tactique, avec des C-130J du 37th AS de Ramstein AB. Prévu à l’origine, le déploiement de CV-22 Osprey en provenance de Mildenhall fut annulé. En revanche y participaient ponctuellement des MV-22 de l’USMC de la «  Special Purpose Marine Air-Ground Task Force – Crisis Response – Africa  » basés à Moron de la Frontera en Espagne.

Mais le détachement américain qui dominait de la tête et des épaules les parkings de Beja, était les six F-15C/D Eagle du 493rd FS de Lakenheath AB. Ces machines, taguées pour certaines de «Mig Kill» (souvenirs d’une vie précédente et de la première guerre du Golfe, où les appareils du 36th TFW de Bitburg AB se couvrirent de gloire), volaient dans une configuration légère  : un seul bidon ventral ou deux sous les ailes et un corps de missile sur un rail. Autant dire qu’ainsi configurés les Eagle confirmaient à chaque mission leur totale supériorité aérienne, du lointain BVR au brutal dogfight, il n’était qu’à voir le visage serein des cochers rentrant de mission  !

A cette forte présence américaine, il fallait rajouter la présence de F-16 norvégiens, celle des hollandais et des belges avec des C-130, ou celle plus discrète des espagnols avec un unique Casa-212.

Un avenir radieux

En huit éditions, Real Thaw s’est installé durablement comme l’exercice de référence de la force aérienne portugaise. Les conditions climatiques, la taille de la base, les superbes installations de Beja, les zones d’entraînements peu congestionnées, et enfin une mécanique bien rodée, sont les ingrédients majeurs d’une recette réussie. Les forces aériennes étrangères ne s’y sont pas trompées en se déployant régulièrement dans cette région du Portugal pour le plus grand bonheur de tous les participants.