index.html

Pour faire défiler les images, cliquez à gauche ou droite, pour fermer l’image cliquez au centre de celle-ci

Le 52e Salon International de l'Aéronautique et de l'Espace s'est tenu du 19 au 25 juin 2017 sur l'aéroport du Bourget. Outre le fait de s'être déroulé sous une écrasante chaleur caniculaire, cette édition a vu la présence de plusieurs matériels militaires jamais vus en France, au premier rang desquels la vedette incontestée de ce Salon, le Lockheed F-35A Lightning II.


La France en force

Comme il se doit et comme il est de tradition, la France se taillait la part du lion sur les parkings, avec quantité de Rafale, NH90, Tigre et autre A400M. De la même manière en ce qui concerne les démonstrations en vol, l'armée française était généreusement représentée avec ces mêmes machines. La différence notable était que l'Atlas présenté, était celui du constructeur Airbus et non pas un issu des forces. Le seul A400M aux couleurs françaises qui vola durant le Salon, fut le 0053 (F-RABK) réceptionné début 2017. En fait cette machine fut utilisée par le président Macron pour effectuer un saut de puce entre Villacoublay et le Bourget, et venir inaugurer le Salon. Un message clair et facile à décrypter sur l'attachement de la France à la réussite de cet emblématique et quasi unique gros programme militaire européen. Peu après que le président de la République se fut posé, la Patrouille de France survola la plateforme parisienne et ouvrit de manière symbolique cette 52e édition.

De l’exotisme un peu partout

Le fabricant turc TAI était venu au Salon avec son tout nouvel avion d'entraînement Hürkus, une machine aux faux airs de Texan II et autre Pilatus. Un appareil au camouflage guerrier était présenté au statique alors qu'un autre à la décoration beaucoup plus colorée volait tous les jours. Un peu plus loin c'était le constructeur brésilien Embraer qui créait la sensation en présentant son KC-390, un tout nouvel avion militaire de transport et de ravitaillement en vol.  Une très élégante machine avec son aile prise sur celle d'un liner de la firme et motorisée par des moteurs civils éprouvés (IAE V2500). Sa visite au Bourget s'inscrivait dans une démarche commerciale plus large à travers la visite de différents pays européens pour proposer cet avion comme remplaçant des plus vieux Hercules. Les drapeaux argentin, tchèque et portugais rappelant les succès à l'export de ce biréacteur.

Enfin vraie surprise, comme seul le SIAE le réserve parfois, avec la présence d'un Kawasaki P-1 de la JMSDF (Japan Maritime Self-Defense Force). Un quadriréacteur dédié à la PatMar, dont le Japon possède quelques exemplaires et qui devraient à terme remplacer la flotte de 70 P-3C Orion qu'il possède. Même si exotisme fut sûrement le premier mot qui venait à l'esprit en voyant cette machine sur un parking parisien, il montrait surtout les visées japonaises sur le marché de la patrouille maritime européenne. Un marché très attractif, car de nombreuses forces aériennes devront envisager le renouvellement prochain de leur flotte. L'équipage du patrouilleur joua avec application les VRP de luxe en distribuant à tour de bras des kits promotionnels de l'appareil durant les journées professionnelles. Malheureusement un ennui mécanique empêcha le P-1 d'être présenté en vol.

L'Amérique bien présente

Comme lors de la précédente édition 2015, les Etats-Unis investirent massivement les parkings du Bourget. Au classique C-130J venu de NAS Point Mugu en Californie et autres F-16C du 480th FS de Spangdhalem, l'Air Force avait dépêché un spectaculaire CV-22 Osprey, une machine des forces spéciales habituellement stationnée à Mildenhall en Angleterre. Un peu plus loin c'était l'US Navy qui avait envoyé un P-8 de la VP-16 à la décoration bien terne. Visiblement ce marché de la PatMar attirait les convoitises.

Mais la vraie vedette, comme le Salon en proposa tout au long de son histoire, fut et de loin le F-35A. Annoncée, puis annulée, puis finalement confirmée quelques jours avant le Salon, la présence de deux machines du 388th FW de Hill AFB, suscita autant d’interrogations que de commentaires. Les américains surent entretenir la «  hype  » autour de leur avion avec des attitudes dignes des plus beaux scénarios hollywoodiens... le Lightning II étant présenté au statique parfois une seule heure par jour derrière une double rangée de barrières, et tous ses déplacements entre le hangar et le statique se faisant avec une escorte d'une vingtaine de personnes  ! Malgré tout il fut possible d'admirer la bête en vol. Sans rentrer dans les débats enflammés du net sur la qualité de l'avion à la seule vue d'une démonstration aérienne, force est de constater que cet avion est bruyant à un point rarement entendu, et que son esthétique particulière semble bien faire entrer l'aviation de combat dans une nouvelle ère.


Rendez-vous en 2019

Même si les chiffres de fréquentation furent un peu en baisse, une nouvelle fois le Salon du Bourget confirma sa place de leader des salons professionnels, et qu'il est le rendez-vous incontournable pour tous les acteurs du secteur. Alors oui, les glorieuses années avec des parkings pleins à craquer d'avions semblent belles et bien révolues, malgré tout le SIAE réserve encore et toujours de sacrées surprises pour tous les passionnés. Rendez-vous est déjà pris pour 2019.