index.html

Pour faire défiler les images, cliquez à gauche ou droite, pour fermer l’image cliquez au centre de celle-ci

Événement majeur de la seconde guerre mondiale, le débarquement en Normandie du 6 juin 1944 (ou D-Day pour nos amis américains) a acquis au fil des années un mythe et une aura peut-être en décalage par rapport à la réalité. La cinématographie abondante sur le sujet n'y étant surement pas étrangère.

Aussi en Normandie, les souvenirs liés à ce débarquement sont encore très vivaces, et c'est une histoire dont la région entretient soigneusement la mémoire. En plus des nombreux lieux préservés, chaque année, aux alentours du 6 juin, un grand nombre de rassemblements et autres évènements sont organisés. Cette année 2019 marquant les 75 ans du Jour-J, les célébrations prirent une dimension bien plus importante. Comme il se doit, l'aviation était loin d'être absente en Normandie.


Aéroport de Cherbourg

Comme il est habituel depuis de nombreuses années maintenant, l'aéroport de Cherbourg était l'épicentre du transport aérien. En effet durant cette semaine, de nombreux largages de parachutistes se tinrent dans la région. Pour assurer cette mission une grande partie des avions de transport étaient stationnés sur cet aéroport (le reste étant basé à Evreux). Cette plateforme fût, après la deuxième guerre mondiale, mise au standard OTAN avec une piste de 2400 mètres et une marguerite au nord-est des installations. C'est sur cette marguerite que s'installèrent une grande partie des Hercules de l'USAF. Pour célébrer ce 75e anniversaire, plusieurs C-130 portaient les iconiques bandes d'invasion qu'arboraient les avions en juin 1944 afin d’être facilement identifiés par les alliés. En plus de ces 5 bandes noires et blanches, les avions portaient aussi les cocardes d'époques ainsi que pour certains les grands codes d’identifications allant avec. Comme il est courant sur Cherbourg, le 352nd SOG de RAF Mildenhall était présent avec un MC-130J et un CV-22 Osprey, chacun d'eux portant sur la dérive un point d'exclamation rappelant leurs origines en tant que 2nd Air Commando Group.

Hippodrome de Carentan

A une quarantaine de kilomètres au Sud de Cherbourg, l'US Army débarqua en force en prenant possession de l'hippodrome de Carentan. En effet 600 soldats vinrent s'installer dans la tranquille bourgade normande d'où ils participèrent à plus de 80 cérémonies durant deux grosses semaines. L'armée américaine n'étant jamais avare en logistique pour faciliter le transport des ses hommes et des autorités, elle déploya sur l'hippodrome transformé en DZ pas moins d'une douzaine de machines (Chinook et Blackhawk). Ces machines de la 1st Aviation Brigade venaient en fait d'Europe de l'Est où elles étaient déployées pour une rotation de six mois. Le terrain hippique fut aménagé avec une douzaine de HLM (Helicopter Landing Mat), en fait des panneaux assemblés permettant à des hélicoptères de se poser en campagne sans soulever de poussière ou d'herbe et ainsi ne perturbant pas la visibilité de l'équipage lors des phases d'atterrissage/décollage. Au nord de l’hippodrome était aménagé la zone de refueling d'ou allaient et venaient les camions d'essence se ravitaillant à l'aéroport de Cherbourg.

Les nombreuses rotations de voilures tournantes, et l'ambiance très détendue du lieu firent que de beaucoup d'habitants de la ville et de ses environs venaient profiter quotidiennement du «  spectacle  ».

Aéroport de Caen

Enfin l'aéroport de Caen était aussi un des hauts lieux de ces célébrations, en effet depuis des mois l'association «  Daks over Normandy  » avait prévu de rassembler en un même endroit plus d'une trentaine de Dakota pour célébrer cet anniversaire. Ces machines venant d'un peu partout en Europe, mais aussi majoritairement des Etats-Unis. Malheureusement un imprévu vint complètement perturber cet événement. En effet l'improbable tempête Miguel balaya avec violence la Normandie. Voler dans ces conditions était complètement improbable. Les parachutages et autres vols en formation furent annulés, et ce n'est que le samedi soir que les conditions s’améliorèrent et permirent à ces légendes volantes de réaliser quelques vols. L'occasion aussi de voir un des C-17 venir rechercher une partie de la logistique déployée à Caen pour la visite du président américain le 6 juin.


Au final, une mémoire parfaitement entretenue avec des célébrations à la hauteur de l'évènement. Rendez-vous en 2024 pour célébrer les 80 ans du D-Day  ?