index.html

Pour faire défiler les images, cliquez à gauche ou droite, pour fermer l’image cliquez au centre de celle-ci

De toutes les opérations et sur tous les théâtres depuis 25 ans sans interruption, la communauté du Mirage 2000D a fait face ces dernières années à une situation tendue au niveau de son personnel navigant. Sans parler de pénurie, le nombre de pilotes et navigateurs était tout juste suffisant pour respecter le contrat opérationnel, mais ceci au prix d'une très grande sollicitation du personnel. Sans revenir en détail sur les raisons qui ont conduit à cette situation, deux causes majeures en furent responsables, les plans de réduction d'effectifs et l'incertitude sur le futur des unités. Mais cette situation semble être dorénavant du passé, et il faut de nouveau alimenter en quantité le flux des personnels navigants. C'est dans cet esprit que l'ETD 4/3 Argonne a récupéré une position stratégique dans le bon fonctionnement de la 3e Escadre de Chasse.


L'ETD 4/3 Argonne

L'Escadron de Transformation est commandé par un chef à la solide expérience. En effet, en plus de ses diverses fonctions au sein des unités de la Trois, il a été affecté à Djibouti au 4/33 Vexin, a servi dans des postes au sein de l'OTAN en Turquie et en Allemagne, et enfin a été aux opérations de l'Escadre. Il est épaulé dans son travail par un second et deux chefs d'escadrille, tous les trois aussi au CV bien fourni, le «  drille  » de la SPA48 a par exemple participé à 18 OPEX  ! Ils font partie des neuf instructeurs à plein temps de l'Argonne (quatre pilotes et cinq navigateurs), trois autres instructeurs (un pilote et deux navigateurs) sont affectés à d'autres tâches et ne sont donc pas à plein temps au sein de l'unité.

Après avoir formé neuf stagiaires en 2019, le 4/3 devrait en former entre 20 et 23 en 2020. Le rapport entre stagiaires pilotes et navigateurs est environ de deux pour un. La raison de ce ratio est qu'en général la majorité des pilotes sont des «  directs  » et qu'après sept à huit années en unité, ils accèderont à des postes de commandement parfois loin des escadrons de chasse, alors que dans le même temps les NOSA (Navigateur Officier Système d'Arme) sont en général des OSC (Officiers Sous Contrat) et devraient effectuer des carrières très longues (jusqu'à 20 ans) en unité de combat. Aussi mécaniquement comme on forme plus de pilotes que de NOSA, cela nécessite d'avoir plus de NOSA que de pilotes comme instructeurs.


Le créneau de l'ETD est de se charger de l'apprentissage technique du Mirage 2000D, la partie tactique sera faite ensuite au sein des trois autres unités de combat de Nancy. La formation dure environ neuf mois pour un navigateur (43 simulateurs, 53 vols), et huit mois pour un pilote (41 simulateurs, 51 vols). Le syllabus se décompose en plusieurs modules, cela va du vol en patrouille, au bombardement avec bombe guidée laser, en passant par l'acquisition du SDT (Suivi De Terrain). Le premier module qui se compose d'une dizaine de vols met l'accent sur la particularité du 2000D à savoir le travail en équipage. Les stagiaires doivent apprendre la bonne temporalité pour échanger dans l'avion par exemple, le pilote doit aussi découvrir tout ce que peut faire le navigateur et ainsi ouvrir son esprit à la possibilité de faire d'autres choses. Comme le rappelle le chef de l'Argonne, le but est qu'à terme «  un plus un puisse faire trois  »  !

Un des derniers modules pour les stagiaires pilotes est celui du ravitaillement en vol. Par forcément le plus simple...Pour ces vols très techniques, c'est un instructeur pilote qui prend place dans le siège réservé habituellement au navigateur.

A noter que depuis quelques années l'ETD 4/3 a rétabli sa propre piste. Pas qu'une nouvelle piste ait été créée sur la BA133, simplement un terme qui désigne le fait que l'Argonne en concertation avec l'Escadre, l'ESTA et les autres escadrons dispose quotidiennement du nombre d'avions nécessaire à son activité aérienne. Un vrai plus qui permet à l'unité de gérer au mieux la progression de ses stagiaires. En effet certains modules de formules s’accommodaient mal de ne pouvoir être poursuivis dans les délais impartis du fait d'une disponibilité avion subie.

Les navigateurs

A Nancy, les navigateurs font partie d'une population sous tension. En effet, dans chacun des trois escadrons de chasse, Navarre, Champagne et Ardennes, il y a en moyenne 24 pilotes pour 16 navigateurs. Ce déséquilibre marqué se traduit dans le rythme des OPEX, ainsi un NOSA est déployé en opération extérieure environ trois fois par période de deux ans. Il n'est pas rare de voir un stagiaire navigateur, après ses neuf mois de formation à l'ETD, se perfectionner un peu moins de huit mois dans son escadron de chasse avant de partir en OPEX. Ainsi, à peine 18 mois après avoir quitté Cazaux, un jeune se retrouve projeté sur un théâtre d'opérations  !

Le stagiaire qui arrive à l'Argonne a déjà une certaine expérience de la navigation à grande vitesse et basse altitude qu'il a pratiqué sur Alphajet. Ainsi, même s'il évolue plus vite sur 2000D ce n'est pas vraiment un problème. En revanche le flot d'informations à traiter au sein du cockpit d'un D est une autre affaire.

Le jeune va devoir acquérir tout le panel du vecteur, de la mission air-sol à un ou plusieurs avions, à l'utilisation de la liaison de données 16 (L16) en passant par la gestion d'un pod de désignation laser. Selon les stagiaires, c'est le système d'armes qui est le plus compliqué à apprendre.

A noter lors de notre venue, la présence d'un stagiaire anglais, un ancien navigateur sur Tornado de la RAF, qui après ses 3 ans à Nancy devrait suivre aux Etats-Unis une formation pour devenir pilote de F-35.

A l'issue de ses neuf mois de formation au 4/3, le stagiaire navigateur possède le socle de base technique dans sa connaissance du Mirage 2000D. C'est au sein des EC dans lesquels il est affecté qu'en huit mois de perfectionnement il obtiendra le statut de navigateur opérationnel.

Simulateur

Dans toute force aérienne moderne l’usage des simulateurs est prépondérant, et bien évidemment l’ETD ne fait pas exception à la règle. Actuellement une mise à niveau est conduite qui ne les rend pas tous disponibles, mais à terme l’Argonne mettra en œuvre trois simulateurs FTD et un simulateur immersif (boule). L’usage des simulateurs est intensif pour les stagiaires de l’ETD, en effet avant chaque nouveau module ou début de phase, la mission est répétée sur simulateur. Une séance se déroule un peu comme un vol avec une phase de préparation d’environ deux heures, suivie d’un briefing d’une demi-heure. A l’issu de la séance d’une heure, une heure et demi, il y a un debriefing avec le moniteur simulateur. Les sessions se déroulent en équipage classique pilote/navigateur. A noter que quelques simulations inversées sont menées, en fait une interversion des rôles, le pilote prend la place arrière du navigateur, et celui-ci prend la place avant du pilote. Une pédagogie très directe afin que chacun appréhende mieux les contraintes de l’autre dans une cabine lors d’un vol. Toujours cet objectif de développer le sens du travail en équipage !

Quasiment toutes les phases techniques du vol en 2000D peuvent être pratiquées, y compris le SDT (Suivi De Terrain) et l’utilisation des armements guidés laser.

A terme les quatre simulateurs pourront être couplés afin de mener des missions beaucoup plus complexes.

Pour faire tourner ses simulateurs, l’ETD 4/3 a onze moniteurs (dix d’active et un réserviste). Le cursus pour devenir moniteur simulateur sur avion de combat est très long. Avec un bac et après formation initiale qui donne le CAM (certificat d'aptitude militaire), le jeune entame sa spécialisation qui dure environ un an. Cela commence par 3 semaines d’apprentissage de vol en planeur afin d’acquérir le sens de l’air, suivi d’un stage d’anglais de deux mois, puis deux mois à Salon, et enfin six à sept mois à Cognac pour devenir moniteur simulateur Grob 120. Après une semaine à Tours ou Avord pour voler sur Alphajet ou Xingu, le stagiaire rejoint l’ETD pour poursuivre sa formation durant deux ans et demi et obtenir sa qualification de moniteur certifié. A Nancy il devra suivre tout le cursus simulateur comme un stagiaire pilote/navigateur. Sachant utiliser de base la SNA du 2000D, les moniteurs simulateurs peuvent même paxer exceptionnellement sur Mirage lors de mission au profil simple. Une très bonne façon de garder la motivation intacte !

La flotte de simulateurs de l’Argonne sert à l’ensemble des escadrons de la 3e Escadre. Environ 50% des créneaux sont utilisés au profit du 4/3 (un peu moins de deux tiers pour les stagiaires, le reste pour les moniteurs simulateurs). Chaque escadron de chasse les utilise 12% du temps (pour les vols de gestion de pannes, et pour la validation de la carte VSV). Le reste des créneaux se répartit entre les abonnés et le CEAM.


Tourné vers l'avenir

Avec le vieillissement des navigants de la communauté Mirage 2000D, former en nombre de nouveaux équipages est une obligation. Après un point bas atteint il y a quelques années, le flot de stagiaires qui arrivent à l'ETD ne cesse d'augmenter. La rénovation à mi-vie des Mirage 2000D et la mise à jour des simulateurs en conséquence, devrait permettre à cette flotte de rester toujours une option crédible pour l'Armée de l'air.


Merci à tous les personnels du 4/3 pour leur superbe accueil