index.html

Pour faire défiler les images, cliquez à gauche ou droite, pour fermer l’image cliquez au centre de celle-ci

Le vendredi 3 octobre 2014, sur la BA125 d’Istres, les Forces Aériennes Stratégiques ont célébré en grande pompe leur cinquantième anniversaire. C'est en effet le 8 octobre 1964, sur la base aérienne 118 de Mont de Marsan,  que le Mirage IVA de l’EB 1/91 Gascogne,  armé de la bombe atomique AN-11, prit l’alerte nucléaire. 50 ans plus tard, même si elle a beaucoup évolué, la composante aérienne reste, avec la FOST, la clé de voûte de la dissuasion nucléaire française.


Les FAS hautes en couleur

A l’escale d’Istres se trouvaient les machines décorées. Elles étaient au nombre de trois, et représentaient les FAS en 2014. En fait trois générations d’appareils se côtoyaient. Tout d’abord le vénérable C-135, ultime survivant de la création des FAS en 1964. Ensuite le Mirage 2000N introduit à la fin des années 1980 qui, avec le missile ASMP, fit entrer la dissuasion nucléaire aéroportée dans une autre dimension. Et enfin le Rafale B qui par son côté omnirôle décloisonna les FAS de leur mission unique.

Ces trois avions portaient tous fièrement la même décoration sur la dérive, à savoir le logo des 50 ans des FAS barré des silhouettes de ces trois machines.  La seule variation étant le noir sur le rouge, ou le rouge sur le noir.

Une belle cérémonie

L’exposition statique et la cérémonie se tinrent sur un des grands parkings de la BA125. Preuve de l’importance que revêtait cet anniversaire, ce fut sous l’autorité du CEMA (Général de Villiers) et du CEMAA (Général Mercier) que se déroula la cérémonie. Après la lecture des ordres du jour, et la remise de décorations, un petit show aérien fut offert aux invités. Ce fut le défilé aérien des FAS (Rafale/Mirage 2000N/ C-135) qui ouvrit le bal, puis ce fut au tour des maintenant très réputés «  Ramex Delta  » de poursuivre, enfin le Capitaine Planche avec le solodisplay Rafale démontra une nouvelle fois toutes les qualités de cette formidable machine. Comme il se doit ce fut la Patrouille de France qui clôtura le show avec un unique passage, fumigènes bleu blanc rouge en action.

Les FAS se montrent

Au sol le plateau était conséquent et présentait au mieux l’histoire des FAS de 1964 à 2014. Tout d’abord c’était l’iconique Mirage IVP qui s’offrait au regard des invités, plus d’un ancien de la communauté du Mirage IV se faisait prendre en photo devant. Cette machine (n°36), superbement restaurée,  a une histoire singulière. En effet ce fut la machine désignée pour procéder en juillet 1966 à l’opération Tamouré, à savoir le tir réel d’une AN-11 au dessus de Mururoa. Malheureusement à Hao lors d’un vol d’entraînement, le Mirage fut victime d’une avarie à l’atterrissage qui le rendit indisponible pour la mission. Ce fut au spare, le n°9, d'entrer dans l’histoire en procédant à ce bombardement nucléaire.

Se trouvait aussi sur le parking un C-135FR dans sa configuration Morphée (évacuation sanitaire) pour mettre en avant une mission moins connue du tanker.  De part et d’autre du ravitailleur était disposé un Mirage 2000N de l’EC 2/4 Lafayette, et un Rafale B de l’EC 1/91 Gascogne. Chacune de ses deux machines était armée en position centrale d’un missile nucléaire ASMPA, symbole de la raison d’être des FAS  ! En face de ces deux chasseurs se trouvaient un autre couple 2000N/Rafale mais armé en conventionnel, deux GBU-12 en point central pour le 2000, deux SCALP sous les ailes pour le Rafale. Symbole des missions de bombardements tactiques pratiquées en OPEX par les deux escadrons depuis 2011.

Le Rafale B

Que ce soit avec l’ASMPA ou avec les SCALP, les deux Rafale avaient leurs armements complétés par des missiles Mica, illustration du champ d’action élargi offert par le biréacteur à l’escadron de FAS. La mission principale du Gascogne reste le raid longue distance avec missile de croisière (conventionnel ou nucléaire), mais l’avion et le mode de fonctionnement de l’escadron avec des équipages référents dans chaque domaine, fait que le Gascogne peut mener des missions d’assaut conventionnel, de reconnaissance tactique ou bien encore de défense aérienne. Il est à noter que pour cette dernière mission, sur les plots PO, les sorties sont toujours conduites par un pilote et un navigateur, en effet le 1/91 vole exclusivement en équipage.


L’avenir

En 2024 pour les 60 ans des FAS le tableau aura sûrement bien évolué. C’est tout d’abord les quatorze vénérables C-135, à bout de souffle, qui auront normalement cédé la place progressivement à partir de 2018 au A330MRTT. Ce sera ensuite le Lafayette qui devrait en 2018 être transformé sur Rafale. Et c’est enfin le déménagement de ce second escadron «  nuke  » sur la BA113 de Saint-Dizier pour rejoindre le 1/91. Le 1/7 Provence devant rejoindre le 2/30 Normandie Niemen à Mont-de-Marsan.