index.html

Pour faire défiler les images, cliquez à gauche ou droite, pour fermer l’image cliquez au centre de celle-ci

Le vendredi 27 juin s’est tenu sur la Base d’Aéronautique Navale de Landivisiau une grande cérémonie marquant les 40 ans du Super Étendard. En effet c’est le 28 octobre 1974 que cette évolution de l’Étendard IV effectua son premier vol. Entré en service en 1978 au sein de la 11F, cet appareil mythique de la Marine Nationale est au crépuscule de sa carrière opérationnelle avec un retrait du service programmé pour 2016.


Le Super Étendard Modernisé

A la fin des années 60, l’Aéronautique Navale lance une étude pour le remplacement futur des Étendard IV. Elle sélectionne en 1969 le Jaguar M, mais au fur et à mesure de son évaluation, il s’avère que le biréacteur de SEPECAT ne sera pas adapté à une utilisation sur porte-avions. Ainsi en 1973 le programme est annulé, et il est décidé de lancer le développement d’une version améliorée de l’Étendard IVM. Mais la refonte de l'avion et de son système d'armes est si complète que le Super Étendard ne partage plus guère aujourd'hui qu'une partie de son nom (et d'excellentes qualités de vol) avec son glorieux ancêtre. Le Super Étendard est un appareil dont les qualités manœuvrières en basse et moyenne altitude en font un remarquable avion d'assaut capable de traiter des objectifs maritimes ou terrestres avec des armements aussi diversifiés que l'armement nucléaire, les missiles anti-surface et air-sol, les bombes et le canon. Tout au long de sa carrière, l’appareil a été modernisé, pour aboutir en fin de carrière au standard 5 qui en fait un SEM ou Super Étendard Modernisé. Ce standard offre aux « supettes » une capacité tout-temps totale avec JVN, pod de désignation laser Damoclès couplé au FLIR.

Cet avion, à la longévité exceptionnelle pour un appareil embarqué, a été déployé sur un nombre de théâtres extérieurs considérable, du Liban, à la Yougoslavie, en passant par l’Afghanistan ou bien encore la Libye.

Une belle cérémonie

Pour commémorer cet événement comme il se doit, la BAN de Landivisiau avait préparé un très joli plateau statique, et organisé un mini-airshow de qualité. Cerise sur la gâteau, les marins bretons avaient réussi à déjouer de façon magistrale les affreuses prévisions météorologiques! Devant les parkings de la 17F s’offrait aux yeux des nombreux invités, un superbe plateau. Sur la gauche un Falcon 50 de la 24F tenait compagnie à un Xingu de la 28F lui aussi venu en proche voisin depuis la BAN de Lann-Bihoué. Enfin une Alouette III de la 22S complétait ce plateau. Sur la droite un Falcon 10 de la 57S côtoyait un Lynx de la 34F et un Cirrus SR-20 venus de la BAN de Lanvéoc. Enfin, tout juste rentré le matin même du NATO Tiger Meet de Schleswig-Jagel, trônait fièrement le Rafale M27 à la superbe dérive décorée.

Mais l’attraction majeure de cette exposition se trouvait au centre des parkings de « La Glorieuse ». En effet plusieurs SEM dans différentes configurations étaient présentés. Le 44 tout d’abord avec un pod de désignation en position centrale, puis le 55 avec deux bombes guidés sous l’aile gauche, mais aussi le 6 dans sa configuration emblématique avec un AM39 Exocet sous l’aile droite. Mais la vedette était sans conteste le SEM 57 à la superbe robe noire liserée d’or. Sur la dérive les unités utilisant ou ayant utilisé le Super Étendard : les flottilles 11F, 14F, 17F, et 59S. Un dernier écusson attirait l’œil, c’était celui de 2 Escuadrilla Aeronaval de Caza y Ataque de l’Armada Argentina, une unité qui s’illustra lors de la guerre des Malouines en 1982 ! Ce détail n’avait pas dû échapper au pilote de la Royal Navy en échange à la 17F. Cet ancien pilote de Harrier, qui fut aussi un des présentateurs du Royal Navy Historic Flight (notamment du Sea Hawk), restera dans l’histoire comme le dernier pilote transformé en France sur SEM !

Les marins du ciel en l’air

En plus de cette sympathique exposition statique, l’Aéronautique Navale avait souhaité fêter les 40 ans du SEM en proposant quelques démonstrations aériennes. Tout d’abord c’est le Groupe Aérien Embarqué qui défila. Aux Rafale M et Super Étendard, deux avions historiques de la Marine se joignirent. Tout d’abord le joli Morane Paris basé à Morlaix, mais aussi et surtout le très impressionnant Bréguet Alizé, pour une de ses rares sorties de l’année en dehors de Nîmes-Garons. A l’issue du défilé aérien, les deux Rafale M offrirent aux privilégiés présents une incroyable démonstration mettant en avant leurs formidables qualités manœuvrières! Enfin le moment que tout le monde attendait arriva, avec la démonstration bravo des SEM. Une très belle démonstration faisant la part belle aux évolutions en patrouille serrée. Enfin c’est une rare démonstration solo qui clôtura ce mini show aérien. Grand moment avec le passage tout sorti du Super Étendard dans le bruit de pompage si caractéristique de l’Atar 8K50 contrôlé par l’automanette. A noter que cette démonstration solo de la 17F fut réalisée comme il se doit par le SEM numéro...17!


La fin approche

Mais la fin du SEM approche à grands pas. Celle-ci est programmée pour la mi-2016. En effet en 2016 le porte-avions Charles de Gaulle doit rentrer en IPER (Indisponibilité périodique pour entretien et réparation) pour une période de 18 mois. Au cours de cette période de lourds travaux seront menés sur le bateau, et en particulier une standardisation des hangars, ateliers et autres bancs moteurs, tous dédiés à terme au seul Rafale M. De facto en 2018 le porte-avions ne sera plus apte à mettre en œuvre le vénérable Super Étendard.

Ainsi si les prévisions sont respectées à l’été 2017, les trois flottilles de combat de l’Aéronautique Navale seront déclarées opérationnelles sur Rafale.


Je tiens à remercier chaleureusement les personnels des relations publiques pour leur disponibilté, leur réactivité et leur gentillesse durant cette journée à Landivisiau.