index.html

Pour faire défiler les images, cliquez à gauche ou droite, pour fermer l’image cliquez au centre de celle-ci

Mission ravitaillement

Midi, lundi 12 mars 2012 dans le Nevada, terminal passagers de Nellis Air Force Base ; notre équipage vient nous chercher pour participer à une mission de ravitaillement en vol en marge de l’exercice Red Flag 12-3. L’équipage de trois personnes (pilote, copilote et boomer) va faire voler aujourd’hui un Boeing KC-135 Stratotanker du 6th AMW / 927th ARW, soit un Wing de l’Air Mobility Command qui partage ses machines avec un Wing de l’Air Force Reserve Command. Ces deux unités liées, sont basées sur la base floridienne de MacDill AFB. Notre avion pour ce vol est le KC-135T serial 60-0344, soit un avion largement cinquantenaire!

La version T du Stratotanker est en fait la version remotorisée des KC-135Q, des machines spécialement adaptées à l’époque, au ravitaillement en vol des SR-71 Blackbird, qui nécessitaient un carburant spécial.

Mise en route

Sur une des nombreuses dalles de Nellis plusieurs tankers sont alignés, le notre est le dernier de la ligne, sa porte cargo latérale gauche est ouverte afin que nous puissions accéder à la machine à l’aide d’une passerelle mobile, et non pas à l’aide de l’échelle qui se déploie sous le nez de l’avion. Malgré la porte cargo ouverte, il fait déjà chaud dans l’appareil. La température va grimper notablement une fois la porte fermée et l’APU lancé ! le bruit en cabine est assourdissant, heureusement au bout d’une dizaine de minutes les F-108 (désignation militaire du CFM-56) vont prendre le relais et l’APU va pouvoir être coupé. La climatisation peut-être enfin mise en marche. Puis nous commençons le roulage. Par un des petits hublots, on peut apercevoir un grand nombre de F-15, F-16 et autres F-22, déployés dans le Nevada pour cette deuxième session du Red Flag.

Du kérozène dans les airs

Enfin, aligné sur une des deux pistes parallèles, en l’occurrence la 21R, à 13 h exactement, comme cela était prévu, les quatre moteurs sont lancés à plein régime pour décoller. L’accélération est franche, la rotation intervient rapidement, puis à peine en l’air, le tanker bascule franchement sur l’aile droite pour prendre son cap et éviter ainsi de créer des nuisances sonores sur la ville de Las Vegas, et plus particulièrement sur son fameux Strip. Nous prenons un cap au nord-ouest, en direction du Nellis Complex Range, un espace gigantesque de 12000 km2 dédié à l’aviation de combat, sans aucune restriction.

Ce range est découpé en plusieurs zones, mais aujourd’hui nous volons au dessus de celle qui est à l’est et  qui se situe en majorité au dessus du Desert National Wildlife Refuge. Après un peu plus de vingt cinq minutes de vol, nous entamons le premier hippodrome. C’est une manœuvre qui permet de figer la position des ravitailleurs sur une zone bien définie d’une carte, en les faisant orbiter selon une manœuvre précise. Cette manœuvre qui a le profil d’un hippodrome (d’où son nom !) consiste à voler en ligne droite sur une cinquantaine de nautiques, puis à entamer un large virage à gauche sur environ vingt nautiques, à l’issue duquel, le tanker parcours de nouveau une cinquantaine de nautiques en sens inverse de sa première ligne droite, puis de nouveau virage à gauche, et ainsi de suite.

Le boomer en place

Enfin vers 13 h 30 le boomer quitte le poste de pilotage pour rejoindre l’arrière de l’avion. A l’aide de deux marches situés de chaque côté de sa couchette l’opérateur peut enfin s’installer dans la baignoire. Anachronique s’il en est, à l’époque des A330 MRTT et autre KC-46 qui contrôlent depuis le poste de pilotage cette opération à l’aide de caméras, le poste de l’opérateur de ravitaillement sur KC-135 à quelque chose d’unique. En effet le boomer s’allonge sur une couchette ergonomique, ses bras bien calés sur des accoudoirs, et enfin son menton posé sur un reposoir conçu à cet effet ! La position n’est pas des plus confortables pour de longues stations allongées quand les opérations de ravitaillement durent longtemps, mais là vue qui s’offre au boomer via ses vitres donnant vers le bas est  tout bonnement unique.

Le plein pour les Agressors

Aujourd’hui la mission du « Red Flight » est de ravitailler les Agressors. Les Agressors du 57th Wing de Nellis AFB, ont pour rôle de jouer les « méchants » ou Red Forces sur le range,  pour perturber les Blue Forces qui elles, tentent de mener à bien leur mission. Pour ce faire, ils mettent en ouvre deux types de machines, tout d’abord des F-15C/D au sein du 65th AGRS et des F-16C/D avec le 64th AGRS. Ces machines pour bien différencier leur rôle, portent des camouflages très disparates qui sont censés représenter ceux portés par des ennemis potentiels.

La chorégraphie d’un ravitaillement est bien établie, tout d’abord les avions devant se faire refueller se placent en échelon dans l’aile gauche du ravitailleur. Ensuite l’avion qui doit recevoir le pétrole quitte la formation et se laisse glisser en arrière du ravitailleur tout en perdant un peu d’altitude. Puis, dans une manœuvre qui nécessite une extrême maîtrise de la part des deux acteurs qui se trouvent des deux côtés de la perche, le chasseur se rapproche en souplesse du boom, qui vient se planter sur le dos pour un F-16, ou dans l’apex gauche pour un F-15. A peine le contact établi, le boomer verrouille la perche, et dans la foulée, le carburant est transféré. La perche télescopique absorbe les éventuelles turbulences qui peuvent éloigner ou rapprocher le chasseur du ravitailleur. Une fois les pleins complétés, dans un claquement sourd la perche est déconnectée, puis l’avion de chasse se laisse glisser en descente sur la droite du KC, ensuite il reprend de l’altitude pour se placer maintenant dans l’aile droite de la citerne volante. Au fur et à mesure du processus de ravitaillement les chasseurs vont de nouveau se mettre en formation en échelon.

Mission accomplie

Nous allons, sur près de deux heures et demie, ravitailler une vingtaine d’Agressors, et effectuer près de 25 contacts. Spectacle absolument incroyable que de voir ces monstres de puissance se tenir aussi près de notre avion, spectacle aussi que de voir ces pilotes de chasse les yeux en permanence rivés sur notre tanker. Enfin il est temps pour le « 344 » de rejoindre Nellis AFB. La descente est généreuse, les trajectoires tendues, ça secoue pas mal, pas de doute, notre avion ressemble à un liner, mais il ne se pilote pas comme tel. Enfin après un kiss landing, et un roulage de presque un quart d’heure, tant la base est gigantesque, notre KC-135 coupe les moteurs, la porte cargo peut être de nouveau ouverte. Au loin des chasseurs décollent pour de nouvelles missions depuis les deux pistes parallèles…mais ceci est une autre histoire !


Thank you very much to the 99th ABWPA who made this flight possible. And we would like sincerely to acknowledge, the media team and the crew met during this day